Le retour impérial du général Charles Etienne Gudin

Retrouvée lors de fouilles menées en 2019 par les équipes de Pierre Malinovski dans un des bastions la forteresse de Smolensk en Russie, la dépouille du général de Napoléon César Charles Etienne Gudin de La Sablonnière a été rapatriée en France et devrait être inhumée aux Invalides le 2 décembre prochain, date anniversaire du sacre de l’empereur et de la bataille d’Austerlitz. Blessé lors de la campagne de Russie le 19 aout 1812 à la bataille de Valoutina Gora – un boulet de canon lui arrache la jambe gauche – il meurt à Smolensk le 22 août des suites de ses blessures après avoir reçu la visite de l’Empereur.
Photo d'illustration du reportage Le retour impérial du général Charles Etienne Gudin.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Le 4 RCh de Gap se prépare pour Barkhane

Au quartier Général Guillaume à Gap, dans l’immense camp militaire de Canjuers dans le Var ou dans les montagnes du Dévolouy, les chasseurs du 4e RCh - unité blindée de la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne - se sont préparés à leur mission au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane.
Photo d'illustration du reportage Le 4 RCh de Gap se prépare pour Barkhane.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Avec les légionnaires contre les orpailleurs clandestins

Près d’un demi milliard d’euros en or est volé chaque année dans la jungle guyanaise par des bandes organisées d’orpailleurs clandestins venues du Brésil voisin. Depuis 2008, l’opération Harpie menée conjointement par les Forces Armées en Guyane et la gendarmerie a pour objectif de paralyser les sites d’orpaillage et diminuer la rentabilité de la production d’or des garimpeiros. Mission avec les légionnaires du 3e REI.
Photo d'illustration du reportage Avec les légionnaires  contre les orpailleurs clandestins.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
L’île Saint-Joseph ; île du Salut, île du Bagne

L’île Saint-Joseph au large de Cayenne est l’une des trois îles du Salut qui fut choisie, pendant la période du bagne comme lieu de réclusion cellulaire et d'asile de fous. Des ruines importantes y subsistent, envahies par la végétation, l’île abrite la seule plage des îles du Salut sur la côte Nord. Un poste de la Légion Etrangère y est installé et quelques légionnaires y montent la garde.
Photo d'illustration du reportage L’île Saint-Joseph ; île du Salut, île du Bagne.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Au CEFE de la Légion Etrangère en Guyane

Sur les rives de l’Approuague et de la Mataroni au coeur la jungle guyanaise se trouve le CEFE de la Légion Etrangère ; le Centre d’Entrainement en Forêt Equatoriale où les stagiaires apprennent pendant plusieurs semaines les techniques de combat commando et de survie en milieu hostile, d’aguerrissement, d’expertise et d’apprentissage du commandement en situation extrême. Il dépend du 3e Régiment Etranger d’Infanterie basé à Kourou.
Photo d'illustration du reportage Au CEFE de la Légion Etrangère en Guyane.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
A l’école de la vie. Le rôle social de l’Armée

Sur la place de la Concorde ce 14 juillet 2020 seront présents 60 jeunes volontaires– 20 de l’armée de Terre, 20 de la Marine nationale et 20 de l’armée de l’Air – venus des 6 régiments du Service Militaire Volontaire. Créé en 2015 et implanté dans cinq régions de France, le SMV a pour objectif l’insertion sociale et professionnelle de jeunes Français peu ou pas diplômés par l’apprentissage des règles de vie en collectivité et en entreprise. Ce dispositif a déjà permis à 4 000 jeunes de profiter de cette chance à l’insertion offerte par les Armées.
Photo d'illustration du reportage A l’école de la vie. Le rôle social de l’Armée.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Patagonie, Les chevaliers du vent

Les membres du GMHM (Groupe Militaire de Haute Montagne) escaladent les montagnes pour mieux sauter en chute libre et ouvrir leurs parachutes, ils sont aussi prêts à se battre dans les zones de combats les plus extrêmes. Pour l’écrivain-voyageur Sylvain Tesson, cette petite unité rattachée aux troupes alpines réalise « deux rêves : atteindre des sommets et voler. Je trouve très beau que ces soldats rendent leur dévotion à leurs pairs et pères d’aventure ! » car ils sont venus fêter dans le ciel de Patagonie les 100 ans de l’aventure de l’Aéropostale.
Photo d'illustration du reportage Patagonie, Les chevaliers du vent.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Qui ose gagne, l’esprit SAS souffle toujours…

A Sennecey-le-Grand pour le 75e anniversaire de la libération, les parachutistes héritiers des traditions du Special Air Service ont célébré le sacrifice de leurs grands anciens de la France Libre et l’exceptionnel état d’esprit dont ils faisaient preuve. Une flamme que les unités du Commandement des Opérations Spéciales et en particulier les équipiers du 1er RPIMa dépositaires des drapeaux historiques, entretiennent jalousement.
Photo d'illustration du reportage Qui ose gagne, l’esprit SAS souffle toujours….
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
LE SERGENT-CHEF TOM RICE REFAIT LE GRAND SAUT A… 97 ANS !

Pour commémorer les 75 ans du D-Day, l’ancien para de la 101e Airborne a retrouvé le ciel de Normandie. « Go ! » hurle Art Shaffer son instructeur. Sanglés dans leur harnais, les deux hommes basculent dans le vide. Ce moment, Tom Rice, 97 ans, l’a préparé pendant des mois. Dans le vieux Dakota C-47 qui file à près de 200 km/h, fouetté par le vent, assourdi par le grondement des moteurs, ce vétéran américain ne s’apprête pas seulement à revivre les minutes décisives de sa longue existence : son parachutage sur le sol de France dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Sanglé dans une reproduction de son uniforme de l’époque, il retrouve sa jeunesse.
Photo d'illustration du reportage LE SERGENT-CHEF TOM RICE REFAIT LE GRAND SAUT A… 97 ANS !.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
SAS Français, les derniers héros du D-Day

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les parachutistes des bataillons S.A.S français font partie des premiers soldats alliés à combattre sur le sol de France, juste avant les 177 fusiliers marins du commando Kieffer. Engagés volontaires dans les Forces Françaises libres du général de Gaulle, leurs nombreuses actions commandos ont joué un rôle essentiel pendant le Débarquement, la Libération et les derniers combats contre l’Allemagne nazie.
Photo d'illustration du reportage SAS Français, les derniers héros du D-Day.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
"les commandos partent pour l'aventure..."

Opération Astazou 12 ; une longue méharée motorisée à la frontière nigéro-malienne dans le désert du Liptako avec les soldats de la force Spartan ; des commandos de montagne de la 27e BIM, renforcée de pickup des armées malienne et nigérienne qui s’est fondue dans les ergs brulants pour tenter de débusquer les Groupes Armés Terroristes de l’EIGS, l’Etat Islamiste au Grand Sahara.
Photo d'illustration du reportage "les commandos partent pour l'aventure...".
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact
Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales

Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque. Au nord de l’Irak, ils ont joué un rôle majeur auprès des combattants kurdes dans les batailles de Mossoul et de Kirkouk. Issus des trois armes Terre-Air-Mer, ces commandos de l’ombre nous ont ouvert leurs portes en opération de soutien et d'accompagnement des Peshmergas contre les fous d’Allah.
Photo d'illustration du reportage Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales.
+ Voir la sélection      + Voir toutes les photos      + Voir la planche-contact